Les protéines

Les protéïnes sont contenues naturellement dans les larmes dont l’une d’elle (le lysozyme) a une activité antibactérienne. Sa présence est donc très importante, mais elle se dépose sur la lentille et se dénature après quelques semaines.

Invisibles au début, ces dépots entraînnent un inconfort pendant le port : sensation de brûlure, de démangeaison oculaires . De plus, ces dépots de protéïnes dénaturées favorisent la multiplication des germes pouvant provoquer des infections plus ou moins graves .

Lors de l’examen de lentilles devenues inconfortables, on observe dans plus de la moitié des cas une accumulation anormale de dépots de protéïnes souvent responsable de la gêne .

L’évolution des ces dépôts :

Ces protéïnes se déposent dès le début d’utilisation des lentilles ( lentilles neuves ) mais commence à se dénaturer seulement après environ 3 semaines . A ce stade l’œil ne ressent pas toujours de gêne mais la lentille perd une partie non négligeable des ces qualités de départ : moins bonne souplesse, moins bonne transmissibilité à l’oxygène . Ce dépôt provoque une gêne importante au bout de deux à trois mois en général . A ce moment, une déprotéïnisation avec les produits vendus habituellement ne sert plus à rien, le dépôt est trop important . Un professionnel pourra éventuellement y remédier avec un nettoyage spécial .

Après plus de 6 mois, le dépôt est de toutes façons trop important pour pouvoir être enlevé et il faut jeter les lentilles .

La déprotéïnisation